2019 ANNEE DES CITOYENNES ET DES CITOYENS - NATURE & ANIMAUX ----------------------------------------------------------------- PLACES AUX CITOYENS Association Loi 1901 enregistrée à Paris 75001 DEBOUT LE PEUPLE ! La Paix, la Liberté et la Dignité avec humanité, n'ont pas besoin d'institution ni de Constitution ; seulement les interdictions de la faim et du froid doivent être permises ! __________________________________________________ Les Politiciens ne sont rien sans les votes des Citoyens. Le Citoyen Propose, le Peuple Décide !
            2019 ANNEE DES CITOYENNES ET DES CITOYENS  - NATURE  & ANIMAUX-----------------------------------------------------------------                              PLACES AUX CITOYENS Association Loi 1901 enregistrée à Paris 75001                                 DEBOUT LE PEUPLE !                    La Paix, la Liberté et la Dignité avec humanité,             n'ont pas besoin d'institution ni de Constitution ;seulement les interdictions de la faim et du froid doivent être permises !__________________________________________________Les Politiciens ne sont rien sans les votes des Citoyens.Le Citoyen Propose, le Peuple Décide !  

 

 

 

GILETS JAUNES

LES SENTINELLES DU PEUPLE

 

Mon ennemi c'est le politicien

 

 

 

LES PATRONS ONT BESOIN DES SALARIES – LES SALARIES ONT BESOIN DES PATRONS

Tout est dans le choix du patron par les salariés  et tout est dans le choix des salariés par le patron

 

Dans une société où l'économie dirigée est triomphante et menée dans la compétition sans foi ni loi au sens de la conscience et de la raison citoyenne, la machine remplace l'homme, et l'homme n'a plus d'utilité.

 

Il n'est même plus nécessaire d'exploiter les travailleurs ; il suffit de se passer d'eux.

 

Mais au fond, le progrès partagé ne devrait-il pas être synonyme de moins de travail donc moins de souffrances pour tous ? Vivons nous pour travailler comme des esclaves jusqu’à la fin de nos jours ou travaillons nous pour vivre  en famille et en société dans la dignité ?

 

Le capitalisme cupide n'a d'autre vision que la rentabilité de l’entreprise pour eux, car il part du principe que le capitalisme crée l’emploi, l’emploi génère de l’argent, l’argent sert la liberté ; les salariés doivent regarder les intérêts de l’entreprise et admettre les sacrifices pour devenir libres en travaillant.

 

En d’autres termes, le salarié passe son temps à travailler pour sa liberté, le capitaliste passe son temps pour occuper le temps libre.

 

 

Dans ces conditions, les capitalistes n'ont plus qu'à créer la peur du chômage et puis les faire travailler pour des salaires de misère jusqu’au jour où ils décideront des licenciements.

 

Pour des raisons d’investissement, les grandes entreprises ont concentré les activités, ont déraciné les salariés, ont créé la désertification rurale et l’impossibilité de retour. Les patrons ne sont plus visibles des salariés, ne décident que sur ordre des groupes financiers, ils ont créé les ressources humaines comme si les salariés sont une ressource  naturelle ou préfabriquée que l’on jette après utilisation et non pas des personnes dignes.

 

Les patrons ont dans leurs mains la vie des salariés et de leurs familles.

 

Peuple réveilles- toi !

Ceux qui permettent tout ceci, sont vos politiciens employés représentants que vous payez pour veiller à vos intérêts, qui vous trahissent et qui sont les seigneurs de vos malheurs, les employés du peuple devenus vos patrons.

 

Il n’a pas d’entreprise sans patron ni de salarié sans patron.

Il y a des patrons qui en plus sont salariés, il y a des salariés qui sont incités à se mettre à leur compte, pour diminuer les charges salariales et autres, lesquels deviennent des faux patrons et il y a des salariés qui n’ont pas les moyens de devenir patrons.

 

CHANGER LE SYSTEME POUR CHANGER LA VIE.

Actuellement :

  • Un patron pour quoi faire ?

           Il est nécessaire pour la direction de l’entreprise : prévoir, investir, gérer, contrôler, décider.

  •  Le salarié pour quoi faire ?

           Il est nécessaire pour étudier, créer, entretenir, commercialiser.

 

  • En cas de mise en cause de la poursuite de l’activité ?

. Le patron, peut décider seul et à tout moment de son choix et/ou des lois en vigueur en fonction de ses intérêts, liquidation ou redressement judiciaire qui à brève échéance sera converti en liquidation ou reprise par la concurrence ;  il peut être remplacé par un autre patron en cas de décès, de succession, cession vente, etc. Ce nouveau patron aux inconnues qui pourront s’avérer catastrophiques pour la continuation de l’entreprise.

 

Suivant le cas, le patron aura la possibilité de créer une autre entreprise sous couvert de prête-nom, ou reprendre une autre activité plus lucrative à ses yeux.

 

. Les salariés  licenciés subiront les conséquences de la fermeture, d’où les licenciements de tout le personnel, ou de la restructuration avec licenciements partiels, ou remplacement suivant les options choisies du nouveau patron en cas de continuation de l’activité.

 

Le cas des salariés est tout autre en dehors des indemnités de licenciement et de chômage pour un certain temps, puis l’aumône pour après, il n’y a rien d’autre. Personne n’est à l’abri d’une telle situation.

 

Les salariés licenciés risquent de ne pas trouver de travail immédiatement, les traites de la maison ne pourront plus être honorées, les fins de mois de plus en plus difficiles, les drames familiaux commencent et peuvent se poursuivre jusqu’à la dislocation de la famille.

 

Pourquoi les salariés non coupables de cette situation sont de fait sanctionnés par le licenciement et toutes les conséquences lorsqu’il n’a pas commis de faute pouvant entrainer la restructuration ou la fermeture ?

           Il n’est pas normal qu’il paye pour quelqu’un qui commet, en quelque sorte, un abus de pouvoir !

 

Et le salarié est piégé une première fois lorsqu’il accepte de travailler pour un salaire de misère au regard de ses compétences, plusieurs fois par la suite s’il n’obtient pas de rémunération en fonction du coût de la vie, et enfin d’activité de l’entreprise à cause des conséquences de la fermeture ou autres indépendants de son travail.

 

 

AFIN QUE PATRON ET SALARIE S’ENTENDENT ET SE RESPECTENT

Le patron et  le salarié restent les patrons de leur savoir et  travail respectif.

 

 

 Si être patron était facile, tout salarié serait patron ; c’est la raison pour laquelle il faut lui rendre la tâche plus facile.

Le métier, le savoir faire, les relations avec les clients donne l’envie, mais la peur de l’importance des moyens financier nécessaires, la pression administrative et fiscale,  l’incertitude due au système  judiciaire, la mise en danger de son avenir, l’échec etc… les fait reculer préférant  la sécurité de l’emploi qui dans les faits, n’a jamais existé.

 

Si être salarié était facile, les patrons seraient tous salariés, c’est pourtant ce qu’ils sont de manière légale mais pas légitime car ils  s’attribuent les conquis sociaux des salariés qu’ils le leur font chèrement payer car les charges sociales ne sont pas des charges sur les entreprises comme les patrons nous le font croire mais des salaires gagnés par les salariés mais non versés.

C’est un aveu d’échec de leur mission, d’abus et de tromperie vis-à-vis des salariés, notamment, et sur leur train de vie qui les incite à toujours plus en mettant les dettes éventuelles de l’entreprises sur le dos du peuple qui les paye au final sans le savoir et tout cela en toute légalité par des lois faites par les faux représentants du peuple.

 

  1. LE PATRON

Les conditions pour devenir patron peuvent être de natures financières pour commencer, professionnelles et éventuellement d’opportunité ou dans un ordre différent, et bien évidemment, l’envie d’être son patron.

 

A ce titre il est créateur et/ou porteur d’un projet global, Il est à considérer comme l’INVENTEUR

Il a le choix de son implication dans l’avenir de son projet : le projet par lui-même, plus le financement, plus le fonds de roulement, etc.

Sa rémunération sera calculée en fonction de son implication.

 

Si son projet a pour origine ses connaissances professionnelles liées à la fabrication, sa vocation est de trouver des améliorations au projet, d’ajouter d’autres fonctions ou de le transformer afin de le rendre.

Si son projet est purement celui d’un investisseur, les conditions  seront autres

Dans tous les cas, il devra se cantonner à la position de l’inventeur.

 

  1. LES SALARIES

Les salariés sont totalement détachés du pouvoir du patron traditionnel ; par groupe de travail, ils sont responsables de l’avenir de l’entreprise, de la fabrication en quantité et qualité, de la gestion de la fabrication, de la commercialisation, et des services extérieurs en cas de besoin. Ils peuvent se grouper sous une ou plusieurs  formes juridiques séparées.

Pour une meilleure cohésion et efficacité, ils sont tous responsables du secteur d’activité totale ou partielle déterminé par eux et le patron n’a pas à intervenir ni les diriger.

 

Pour le cas où le patron souhaite devenir salarié, l’ensemble des salariés doit en décider et son acceptation ainsi que les conditions de l’emploi seront sujettes aux conditions légales, sa voix comptera pour une comme pour les autres salariés, il pourra faire valoir son travail et son avis et la décision collective sera appliquée.

 

  1. DE LA SEPARATION DES FONCTIONS ET DES METIERS

La conséquence due s aux différentes structures de l’entreprise permet au patron de se donner à plein temps dans son activité d’INVENTEUR sans s’occuper du reste ; les salariés de s’occuper de leur travail sans s’occuper du patron.

En cas de défaillance du patron, les salariés en sont préservés, en cas de défaillance des salariés le patron en est préservé, et chacun agit en fonction de la situation.

 

  1. DE LA STRUCTURE JURIDIQUE

Toutes les formalités seront réalisées gratuitement à la Maison des Citoyens de chaque ville

 

Le patron aura sa structure juridique : INVENTEUR

Les salariés de production : société coopérative de production

Les salariés de la communication et  vente : société coopérative de commercialisation

 

Il est à noter les suppressions suivantes pour cause d’inutilité :

Code du commerce avec tous les statuts juridiques - tribunaux de commerce – prud’hommes – syndicats

 

  1. DES FINANCEMENTS

Les intervenants à la création d’entreprise, s’adresseront à la Caisse Coopérative Citoyenne constituée pour favoriser la création d’emplois locaux.

Le premier des droits de l'homme c'est la dignité : par la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail."

 

DE LA DIGNITE

 

La dignité est le fait que la personne humaine ne doit jamais être traitée comme un moyen, mais comme une fin.

 

L’aide prévue au contrat dignité :

-  ne doit pas restreindre la liberté, mais doit permettre de l’élargir.

  ne doit pas d'être  calculée à l'aune d'un salaire, sur l'économie de marché, la valeur monétaire et d'autres critères administratifs et / ou sociaux.

- n'a pas de prix
-ne doit pas être un droit pour tous, seulement pour ceux qui sont dans le besoin.
-ne doit pas faire l'objet de demande et de  question

 - est une aide pour celui qui la reçoit avec tout sa reconnaissance ;  une récompense pour celui qui la donne, le peuple, car il aura participé  à l’autonomie  et à la dignité de la personne ainsi qu'au développement local pour éradiquer le chômage et la pauvreté .

 

S'il n'y a pas de chômage ni de catastrophe, l'aide à la dignité des personnes et des familles n'est pas necessaire.

 

C'est aussi une aide à la famille pour une bonne éducation des enfants par exemple, l'autorità parentale necessaire, vrai acte d'amour, qui représente pour l'harmonie de la famille et de la société.

 

C'est aussi encore un acte d'aide familial pour les anciens qui souhaitent restent en famille jusqu'à la fin de leurs jours.

 

Lorsque l'on connâit la douleur d'accomplir un acte de vol de nourriture à l'extrême de la part des plus pauvres qui se retrouvent en prison, sans tenir compte des conséquences, lorsque l'on sait que des escrocs d'importantes sommes d'argent, couverts par la justice,

sont en liberté : où est la justice humaine ?

 

Rappelez-vous : "selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir" La Fontaine 1678.

L'arbitraire des cours de justice est une des justes causes des changements revendiqués par les citoyens.

 

Nous ne devons plus jamais voir une famille disloquée pour le manque d'argent.

 

Le Contrat dignité c'est aussi cela sans limite jusqu'à ce que la famille retrouve l'équilibre indispensable à son bonheur.

 

La DIGNITE de la personne et de la famille, est la seule valeur de l'être humain pour une société d'EGALITE, de LIBERTE et de PROSPERITE à laquelle tous aspirent.

 

ATTENTION!

LE CONTRAT D'AIDE A LA DIGNITE est une aide ponctuelle dans tous les domaines et à chaque fois qu'elle s'avère utile pour la personne, la famille et la société.

Couplé à la CAISSE COOPERATIVE CITOYENNE, celle-ci offrira son aide.

 

Un contrat AIDE à la dignité n'est pas un revenu.

Ce serait une erreur d'oser un revenu, une pension et autre comme un droit, parce qu'il continuerait la dépendance économique et financière des personnes sans favoriser l'activité ni  la créativité.

 

Chaque citoyenne ou citoyen a sa personnalité  à mettre au service des citoyens avec le désir de faire partie de la communauté à laquelle il ajoute sa participation et contribution de son expérience, ses idées, savoir-faire, et la mise en œuvre des projets.

 

Ce dont nous avons besoin :

 

- La tranquillité d'esprit qui est de ne pas être contraint par des problèmes financiers qui  mettraient la famille en danger.

- Des moyens pour la création : de préférence locaux

- Production : l'aide à cet égard signifie que la personne sera heureuse et les personnes partageront le progrès social.

- Consommation utile: préservation de la nature, la terre et les animaux, pour une alimentation saine

 

UN REVENUS POUR TOUS SERAIT UNE FAUSSE SOLUTION POLITIQUE E DEMAGOGIQUE

 

 

AIDE A LA DIGNITE POUR LA PERSONNE et  pour le         DEVELOPPEMENT LOCAL

Travailler pour un salaire de misère, dans une économie dirigée  organisant la concurrence entre les salariés qui deviennent toujours plus pauvres, c'est de la privation de liberté, cette liberté qui offre une chance de devenir meilleur, et  de l'offre de la servitude qui n'est que la certitude de devenir pire, dont il s'agit.

 

Sortir de ce système imposé est juste une question de bon sens, une responsabilité à assumer en devenant maître de soi-même, une priorité pour notre avenir et celui de nos enfants !

 

Sans les votes des citoyennes et des citoyens, les politiciens ne sont rien !

s'il n'y a pas de candidat des citoyennes et des citoyens digne de ce nom, alors il ne faut pas voter et ne pas se culpabiliser pour s'être abstenu car ceux qui doivent se culpabiliser sont ceux qui votent depuis tant d'années et qui approuvent sans le vouloir la politique menée contre les citoyens et tout le peuple.

 

La honte c'est pour eux qui ont de voté pour avoir un tel résultat :

- 65 millions de personnes qui ne peuvent pas évincer 1000 faux représentants du peuple ce n'est pas de la démocratie.

- 60 ans de SDF,

- 40 ans de chômage,

- 31 ans de restos du coeur,

- 30 de téléthon,

- de plus en plus de pauvreté pour le peuple et des salaires mirobolants avec de plus en plus d'avantages, privilèges pour les politiciens seigneurs des malheurs du peuple,

- les familles de plus en plus disloquées par le manque d'argent pour vivre dans la dignité.

etc.

 

Le CDI c'est le "CONTRAT DIGNITE ILLIMITE" pour tous que nous proposons et bien d'autres choses pour rendre le pouvoir au peuple sa souveraineté pour être son seul maître de son destin.

 

La liberté, la responsabilité et la prospérité, ne sont pas des valeurs divisibles mais transmissibles.

Des salariés pauvres pour

enrichir les plus riches !

Des chômeurs pauvres et SDF

pour enrichir les politiciens honorables bouffons e mafieux de la republique !

C'est un affront à la pauvreté.

L'économie, ce n'est pas la production mais la consommation !

La logique du progrès veut que  le travail humain diminue.

 Tripalium est le nom latin de « travail » instrument de souffrances ; il est normal de voir la machine prendre la place de l’homme à chaque fois qu’il est possible pour alléger les souffrances.

La population est toujours plus nombreuse pour éviter le dépeuplement mais l’on a oublié que le travail diminuerait, on a aussi oublié que les personnes ont besoin de vivre, on a oublié de remplacer le manque de travail et la perte de salaire par une compensation tirée par le travail de la machine pour permettre une vie digne.

Les charges sociales augmentent en fonction de l’augmentation de la  population et à cause  de la diminution des travailleurs.

Les impôts sont toujours en augmentation étant donné qu’il y a de moins en moins de contribuables pour cause de chômage, de consommateurs par manque d’argent,  de maladies pour cause de malnutrition, de soins et de qualité de vie.

Où est passée toute la croissance réalisée durant ces 50 années passées, grâce au progrès, le travail des salariés et des machines, sinon chez les banquiers, financiers, castes professionnelles, oligarchies,  politiciens et tous les autres parasites qui créent la fausse monnaie et la fausse économie pour voler le peuple, ne payent pas d’impôt ni contribution, utilisent les paradis fiscaux, s’accaparent du progrès et créent le chômage et la misère ?

- Les politiciens augmentent les dettes, avec la gabegie et leurs rémunérations, avantages et privilèges, les cadeaux aux entreprises depuis plus de 40 ans avec l’espérance de la création d’emplois qui reste un espoir, ils donnent l’argent aux banquiers et financiers pour appauvrir encore plus les citoyens avec la dette de l’état pour des investissements inutiles et les intérêts payés aux banques privées.

- Les salariés payent toujours plus pour la vie courante, les impôts, taxes, contribution, prestations, services divers, autres, et doivent travailler plus pour pouvoir payer.

Mais voilà qu’on nous dit qu’il n’y a plus de travail et pourtant ces actifs acceptent tout de l’entreprise qui n’embauchent pas et installent encore plus de machines ; le résultat est que ceux qui ont un travail ont intérêt à le garder et pour cela ils travaillent plus sans rémunération équivalente.

- Les retraités et handicapés voient leurs droits de plus en plus reniés par les impôts, taxes, contributions, assurances sociales, services divers.

- Les jeunes qui ne sont pas au chômage n’ont pas les moyens de créer un foyer et se débrouillent comme ils peuvent avec un salaire de misère.

- Les agriculteurs qui se suicident  plutôt que de se voir saisir leur ferme

- Les artisans et les commerçants taxés, surtaxés qui ferment.

- etc.

Tout changer en mieux et rapidement en faveur des personnes et non du capital et actionnaires ; c'est le cas des impôts et contributions sociales.

Suppression du code général des impôts et de tous les impôts : TVA, revenus, locales, propriété etc...et toutes les niches fiscales, prélèvement d'un impôt unique de 5% payé par prélèvement tous les mois basé sur les mouvements de fonds et des contributions sociales de 5% sur les mêmes bases.

De cette manière nous n'avons plus de dette en un mois, nous créons des entreprises et des emplois immédiatement et nous devenons un paradis fiscal pour les autres pays.

Suppression également du code du commerce et du travail et de tous les syndicats remplacés par une nouvelle organisation du travail et de la rémunération.

Les entreprises ont besoin des salariés et les salariés ont besoin des entreprises.

Le patron reste à sa place de patron, les employés restent à leur place d'employés unis pour le bien de l'entreprise sans l'intervention du patron car il n'est pas normal que l'employé paye pour le patron qui ferme l'entreprise pour divers motifs personnels et/ou juridiques, pour incompétence et autres causant le chômage et les difficultés familiales des salariés. La rémunération du patron sera assurée tout comme celle des employés.

Travailler en faveur des personnes et non des systèmes doit être le but.

 

 

Il faut rendre le pouvoir de la monnaie au citoyen, lequel doit décider des emprunts collectifs et du développement local en fonction des besoins des citoyens et non pas de l’offre orientée des capitalistes sans contrôle du citoyen.

 

Le Citoyen émet des crédits par la caisse citoyenne, pour subvenir aux besoins des Citoyens mais conserve l’Euro pour l'international.
L’Euro reste une monnaie de « réserve » 

 

Le principe : 1€ = 1 Euro Franc/ 1Euro Libra, etc...
Dépôt électronique uniquement en valeur de bons d’achats.

 
LA CAISSE CITOYENNE DANS CHAQUE VILLE 
PARTENAIRE DES CITOYENS ET DES ENTREPRISES.

1.    peut-être constituée comme nouvelle banque ou comme association de plusieurs banques existantes en difficultés, prenant cette appellation et respectant l’objet social.
2.    reçoit des Euro € de ses clients i.e. les Citoyens 
3.    paye avec des Euro en cas de besoin par le compte des Citoyens
4.    émet autant d'argent local appelée ici "Euro Franc"/ « Euro Lira » comme bons d’achats entre commerçants, industriels  etc…que d'Euro déposés et reçus (salaires, commerce, prestations, diverses, héritage, dons,  etc.) augmenté de 20% pour le développement local.
5.    Tous ceux qui ont des revenus inférieurs au minimum d'une vie avec dignité recevront des crédits de la caisse citoyenne en monnaie locale « bons d’achats », qui n'affecteront en rien les dépôts reçus dans la Caisse Citoyenne en Euro. 
 
Avec les Euro les citoyens payeront les besoins externes au pays et aussi les impôts de l'Etat. 
Dans ce cas, les impôts ne coûteront rien au CITOYEN car il a reçu la contre partie en monnaie locale augmentée de 20%  pour ses besoins ; les Euros reçus payeront les Euros d'impôts demandés aux citoyens.
   
- L'épargne sert le Citoyen en premier dans son environnement pour favoriser le financement de projets créateurs d'emplois locaux.
- La monnaie locale avec les acteurs économiques locaux et les consommateurs locaux.
  
N'importe quel gouvernement de n'importe quel pays, avec les moyens à notre disposition, peut créer une telle caisse dans chaque ville  en moins d'un mois.
 
          Le Citoyen reprendra le contrôle de son économie

             et de la monnaie, de la Démocratie, de la Liberté                d’entreprendre et de la dignité avec humanité ! 

Nous sommes ravis de vous accueilir sur ce site où Vous trouverez toutes les informations  pour une nouvelle politique en faveur du Citoyen Démocrate, Libre et Digne.

 

Une formidable organisation en faveur des citoyens pour faire valoir ses idées et projets sur des bases humaines et dignes et aussi de la nature, indispenables pour notre bien-être. 

Une formidable organisation NON POLITIQUE  en faveur des candidats aux élections, LIBRES DE TOUT PARTI POLITIQUE

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Place aux citoyens démocrates, libres et dignes - Les Dix volontés.